• The Curious Metisse

Club de Lecture : Livres de l'Eté 2018



Je me souviens de 2017 comme une année de transition. Je l'ai commencé à Phuket, en Thaïlande, en regardant les touristes allumer d’énormes ballons-bougies dans les airs. Je voyageais depuis trois mois en Asie de l’Est. J'étais fatiguée. Je voulais rentrer à la maison. Je me souviens de ne pas savoir où je voulais aller, ce que je voulais faire. Ma vie était le contraire de stable ou sûr. Je suppose que cela peut sembler attrayant pour certains, mais je savais que ça n’était l’endroit où je voulais être.


Le lendemain, j'étais à Melbourne, en Australie, épuisée et confuse. Mon plan initial était de m'installer un peu, d'essayer de trouver un travail qui permettrait d'économiser un peu d'argent avant de continuer mon voyage. Je me suis vite rendue compte que je ne voulais pas rester. Je ne voulais pas faire un métier vide de sens, je ne voulais pas vivre de bière et d’aventure. Je voulais m'installer, construire quelque chose, grandir. Je voulais rentrer à la maison.


Février et mars sont arrivés, et j'étais chez moi, enfin. En trois mois, mon compagnon et moi étions « installés ». Nous avions emménagé ensemble dans notre premier appartement et acheté tous nos meubles chez IKEA. Nous avions trouvé des emplois, nous avançions, nous grandissions. Ce n'était que temporaire cependant, et nous le savions. Il y avait de nouvelles personnes à rencontrer, des amis plus âgés avec qui rester en contact, un déménagement permanent à organiser. J'ai fermé les yeux et l'année s'était écoulée.


L'année 2017 a été difficile, mais nécessaire. J'ai perdu dix kilos, atteignant mon objectif de poids sans même essayer. La perte de poids était une réflection de mon état mental, du stress que je faisais subir à mon corps. Je n’ai pas réussi à tout faire parfaitement, mais j’ai réussi à guider mes pas vers là où je voulais aller. Il y a eu cependant beaucoup de passe-temps auxquels j’ai dû renoncer pour mettre ma vie en ordre. Par exemple, j'ai eu du mal à trouver le temps pour une de mes activités préférées : la lecture.


J'ai dû lire six livres au cours de l'année 2017. Je savais que 2018 devait être différent. Je devais changer mes priorités pour me permettre de pratiquer des loisirs qui me plaisaient vraiment. J'aime lire et ce depuis toujours. Enfant, j'étais une grande fan de fantasy. J'aimais le fait de pouvoir me transporter dans un autre lieu et une autre époque et de vivre la vie d'un quelconque héros formidable.


Le temps s’est écoulé depuis et j'apprécie maintenant la lecture pour différentes raisons. J'ai compris que c'était un excellent moyen d'apprendre. J'ai donc commencé à lire davantage de livres de non-fiction sur divers sujets, de l'astrophysique à la nutrition. Ma résolution de 2018 a porté ses fruits. La fin du mois d’août approche et je suis heureuse de pouvoir dire que j’ai tenu ma promesse faite à moi-même. J'ai lu treize livres jusqu'à présent et il me reste quatre mois avant la fin de l'année.


Je me suis retrouvée avec beaucoup plus de temps libre depuis mon arrivée au Canada. Je suis consciente que je suis dans la même situation qu'au début de 2017. Je n'ai pas encore de domicile. Il y a aussi d’autres défis à relever : aucune famille sur laquelle compter, des comptes bancaires à ouvrir, une assurance maladie à régler. Je vis actuellement avec trois valises. Si je pensais que la première fois que j’ai déménagé était difficile, je ne peux que rire de ma situation actuelle.


J'essaie cependant d'être beaucoup plus calme envers ce déménagement. Je suppose que la pratique rend la chose moins effrayante. Ou je suis en train de devenir paresseuse, l'un des deux. En tout cas, j'ai gardé mes bonnes habitudes. J'ai donc pensé partager ma liste de lecture de l'été 2018. J'ai aimé certains livres, été surprise par d'autres. La plupart d'entre eux discutent du racisme et/ou de la discrimination. Si vous cherchez de l’inspiration, regardez ci-dessous.


Sing, Unburied, Sing par Jesmyn Ward

Je pense avoir vu ce livre sur une liste de livres à ne pas manquer et je l'ai choisi en raison de son titre attrayant. J'aurais dû comprendre que le mot unburied ne pouvait rien dire de bon. Meh Ce n’était pas mon meilleur choix. Même après avoir fini le livre, je reste confuse. Je ne sais pas si vous pouvez le dire, mais je n’aime pas être confuse. J'aime les faits concrets. Cette histoire ne traite cependant pas de faits concrets et ne donne pas de réponses claires. L’histoire se déroule aux Etats-Unis, je dirais vers les années 2000. Chaque nouveau chapitre apporte au premier plan le point de vue de l’un des personnages. Vous découvrez au fil des pages un jeune garçon intelligent, une mère absente et de vieux grands-parents. C’est un livre déroutant qui parle de race, de couple interracial, de toxicomanie, de famille, de mort et de fantômes. Voilà.


A Separate Peace by John Knowles

Ce livre m’a été suggéré par une chère amie, je n’ai donc pas hésité beaucoup avant de plonger dedans. J’ai entendu dire que c’était un classique américain. Malheureusement, je n’ai pas vraiment accroché. J'avais le même sentiment en lisant A Separate Peace que j'ai eu avec The Catcher in the Rye. Ce n’était pas mon truc. Amazon fait l’éloge du livre en tant que « grand best-seller depuis plus de trente an s» et le décrit comme « intemporel dans sa description de l'adolescence à une période où le pays entier perdait son innocence face à la Seconde Guerre mondiale ». Je dirais que c'est un excellent livre pour les adolescents intéressés par le développement de l’adolescence à l'âge adulte.


The Subtle Art of Not Giving a F*ck by Mark Manson

Voilà un livre que j’ai vraiment apprécié. Bien que les deux livres mentionnés ci-dessus soient de la fiction, celui-ci est une non-fiction. The Subtle Art of Not Giving a F*ck pourrait être qualifié de livre sur le bien-être, bien qu'il critique en réalité l'émergence récente d'une culture de positivité irréfléchie. Mark Manson soutient qu'il faut accepter les combats de la vie de tous les jours et abandonner ce qui n'est pas important pour retrouver une certaine tranquillité d'esprit. Son ton est direct et il n'hésite pas à utiliser des blasphèmes pour illustrer son propos. C’est une lecture rafraîchissante qui vous oblige également à faire face à vos peurs et à vos problèmes, et à comprendre que les fuir ne vous rendra jamais heureux.


Mes étoiles noires by Lilian Thuram

Une autre bonne lecture de cet été, Mes étoiles noires, c’est ce genre de livres que je ne savais pas que je devais lire avant qu’on me le donne. Lilian Thuram est un footballeur français retraité et un militant engagé contre le racisme. Mes étoiles noires est une compilation de courtes biographies de Noirs notoires ou remarquables à travers l'histoire. À partir de Lucy, l’un de nos plus anciens ancêtres jusqu’à Président Barack Obama, ce livre vous emmène dans un voyage insolite dans les cours d’histoire et vous offre une nouvelle perspective sur les réalisations des personnes et des communautés noires. Honnêtement, j'ai adoré. Malheureusement, il n'est disponible qu'en français et en espagnol, mais j'encourage tous ceux qui maîtrisent l'une des deux langues à l'essayer.


Les identités meurtrières by Amin Maalouf

Je n’ai pas encore fini Les identités meurtrières, mais j’ai apprécié l’approche de l’auteur en matière d’identité et de politique d’identité. Amin Maalouf est un citoyen français d'origine libanaise et sa vision de l'identité me touche beaucoup. Dans son essai, il insiste sur le danger de définir les personnes sur la base d'une caractéristique « dominante », telle que l'ethnie ou la religion. Au lieu de cela, il soutient que les personnes ont des identités à plusieurs niveaux qui changent et évoluent constamment. Ce livre est définitivement plus académique, mais c'est une lecture nécessaire pour quiconque s'intéresse à la politique d'identité.

©2018 by The Curious Métisse. Proudly created with Wix.com