• The Curious Metisse

Le Racisme, ce Cercle Vicieux


J'ai récemment commencé à travailler en tant que professeur de français. J'enseigne aux fonctionnaires du gouvernement fédéral canadien qui doivent atteindre un niveau de français spécifique pour obtenir une promotion. Mes étudiants sont évidemment poussés à parler français autant que possible, donc j’apprends à les connaître. Il y a quelque chose de tout à fait fascinant à parler avec un étranger durant trois heures d'affilée. J’évite de parler de choses sensibles - la religion ou la politique par exemple - mais mes étudiants finissent toujours par partager beaucoup sur eux-mêmes et leur vision du monde. Cela m'en apprend beaucoup sur la culture et l'histoire canadiennes, mais aussi sur ce qui motive les gens en général, ainsi que leurs rêves et leurs peurs.


Je ne suis pas autorisée à parler de la vie de mes étudiants pour des raisons évidentes de protection de la vie privée, mais une conversation que j’ai eue avec l’un d’eux m’a fait réfléchir à la place des minorités les unes par rapport aux autres. Mon élève m’a expliqué que, du temps de ses parents, les Autochtones du Canada étaient très discriminés. Il leur était très difficile de trouver un emploi et donc de soutenir financièrement leur famille. Au même moment, l'Action Positive était encouragée aux États-Unis. Des lois, politiques, directives et pratiques administratives ont été mises en place afin de mettre fin à la discrimination et d’en mitiger les effets. Des entreprises subissaient beaucoup de pression du Gouvernement pour qu'elles emploient davantage de personnes appartenant à des groupes minoritaires.


Cependant, le mouvement des droits civiques était en plein essor à l'époque et il y avait beaucoup de ressentiment envers les Noirs. De nombreuses entreprises américaines ont décidé d'employer des Autochtones nord-américains au lieu d'employer des personnes appartenant à d’autres groupes minoritaires. De ce fait, de nombreux Canadiens autochtones sont partis travailler aux États-Unis avant de revenir au Canada plus tard.


L’histoire de mon élève est un exemple parmi tant d’autres de discrimination contre un groupe minoritaire. Les crimes commis contre les Amérindiens étaient tragiques et encore profondément ressentis aujourd’hui. Ce qui me fascine dans son histoire, ce n’est pas le racisme flagrant anti-noir et anti-autochtone. Cela m'a fait comprendre que les groupes minoritaires ne sont pas égaux en matière de discrimination et qu'ils ne sont pas victimes du même genre de racisme. Ca varie en fonction de sa location géographique, mais aussi et surtout en fonction de l’époque examinée.


Chaque pays ou région a un bouc émissaire. Les Européens (et les Occidentaux en général) exercent une discrimination contre les Musulmans à l'heure actuelle, mais il s'agissait d'Européens de l'est il y a dix ans, d'Africains subsahariens il y a deux décennies et d’Européens du sud il y a trois décennies.


Penser que cette peur de l’étranger, et la discrimination qui en résulte, est « en hausse » est risible. Les populations se définissent le plus souvent par rapport à l’Autre, à des personnes qui ne leur ressemblent pas. Avant notre époque, avant Internet et la mondialisation, l’Autre était tout simplement géographiquement plus proche. Les progrès technologiques ont permis aux gens de se rendre compte que leurs voisins n’étaient pas si différents en comparaison de ceux qui viennent de plus loin.


J'aimerais croire que cette peur de l'Autre cessera une fois que tout le monde se sera familiarisé avec toutes les cultures du monde entier. Cependant, j’ai bien peur que la méfiance ressentie par les gens continuera d'être transférée à un autre groupe jusqu'à ce que nous puissions blâmer les extra-terrestres pour tous nos problèmes. Nous n'y sommes pas encore, cependant, et les personnes à l’esprit fermé concentrent encore leur haine et leur colère sur d'autres êtres humains.


J'ai commencé ce blog parce que je voulais parler du racisme quotidien pas si évident que je vis en tant qu'afro-européen. Je vis encore régulièrement mon lot de conneries, mais ce serait une erreur de ma part de dire que ma vie en tant que minorité visible est difficile. Au contraire, je pense honnêtement que j'ai la tâche assez facile. Mon passeport belge me rend la vie beaucoup plus facile que beaucoup de gens venant de pays moins développés.


De plus, la culture noire est devenue presque vénérée. La popularité de chanteurs, acteurs, artistes et sportifs noirs talentueux a créé une sorte de fascination pour un groupe ethnique qui avait été négligé jusque là. La culture noire est maintenant considérée comme cool, hype, belle même. Cette tendance récente est accompagné par une certaine ironie, surtout quand on sait que de jeunes enfants noirs sont encore en train de se faire tuer dans les rues des pays dits développés. Quoi qu'il en soit, pour les Noirs qui ont la chance de naître dans un foyer confortable, il existe désormais des avantages à être Noir par rapport à Blanc.


Le racisme contre les Noirs est peut-être de moins en moins répandu, mais cela ne signifie pas pour autant que le racisme dans son ensemble est une tendance en voie de disparition. J'ai commencé cet article en mentionnant l'histoire de Canadiens autochtones pour une raison. Les groupes minoritaires ne sont pas traités sur un pied d'égalité et certaines formes de racisme sont plus acceptables que d'autres. Au vu de la tendance actuelle, quelques groupes sont constamment critiqués comme si c’était la chose la plus normale au monde : les Musulmans bien sûr, mais aussi et ce que je voudrais aborder, le peuple chinois.


Les immigrés chinois ont reçu leur juste part de racisme et de discrimination, et ce depuis des générations. Je me souviens d’avoir lu en Australie des informations sur les politiques racistes mises en place au siècle dernier pour limiter ou empêcher l’immigration chinoise. Des exemples similaires peuvent être trouvés dans le monde entier. En outre, les immigrants chinois ont tendance à travailler dur et à bien réussir. Si l’histoire nous a enseigné quelque chose, c’est que le succès suscite beaucoup de jalousie chez les moins performants.


Enfin, la culture chinoise est sans aucun doute différente de la culture occidentale. Je ne me dirais pas experte en la matière, loin de là. J'ai toutefois visité le pays au cours d'un voyage de trois semaines en un sac à dos. De plus, mon partenaire a des origines chinoises, je dirais donc que je suis au moins familière avec la culture. Je sens donc que je peux comprendre d'où viennent les gens quand ils parlent de la différence de culture et de manières des Chinois. J'ai moi-même vécu quelques moments en Chine où le comportement des gens m'a étonné, mais…


Mais…


Bien que cela soit différent de ma propre culture, cela ne me donne pas le droit de critiquer ou de juger la culture chinoise et ses habitants. Ma propre culture européenne, mes manières et mes propres goûts ne semblent normaux que pour ceux qui les partagent. Proclamer que ma propre culture est meilleure est une connerie. Pire, c’est raciste. Le racisme contre le peuple chinois est encore trop normalisé, presque pris pour acquis. Les Chinois ne parlent peut-être pas autant que les Noirs, ils ne luttent peut-être pas aussi fermement que les Afro-Américains, mais cela ne veut pas dire qu’il est acceptable de les traiter si mal.


Parfois, je me sens naïve. Je me demande si j’aurais dû réaliser plus tôt que certains groupes ont plus de difficultés que d’autres, que les Européens de l’ouest ont peut-être commencé à accepter d’autres cultures chez eux, mais que cela ne signifie pas qu’ils ne rejettent pas un autre type d’étrangers.

J'espère que mes lecteurs commencent à comprendre mon point de vue maintenant. Le racisme est une tendance. Une partie de la population à l’esprit fermé se plaint d'un autre groupe de la population, jusqu'à ce que le groupe minoritaire dise assez. Le racisme ne meurt pas là cependant ; il ne meurt jamais. Il est simplement transféré contre un autre groupe, jusqu'à ce que ce groupe se défende. Dieu sait quel groupe sera persécuté ensuite. Et ça continue, encore et encore.


Quand cela s'arrêtera-t-il ?


Quand comprendrons-nous qu'il n'y a pas de nous contre eux, mais seulement une espèce composée de sept milliards d'êtres partageant une histoire commune, un monde commun ? Quand arrêterons-nous ce cercle de racisme et de discrimination sans fin et que les blogs comme le mien deviennent superflus ?

©2018 by The Curious Métisse. Proudly created with Wix.com