• The Curious Metisse

Pourquoi les Personnes de Couleur Cherchent des Endroits comme le Canada pour s'installer


Depuis que j'ai déménagé au Canada, mon lieu de travail est l’endroit principal où je peux découvrir la culture canadienne. J'ai d'abord eu un aperçu presque intime de la vie de mes élèves alors que j'étais professeur de français à Ottawa. Cette période a été très informative pour moi, même si je me suis vite rendue compte que j’étais en face d’un échantillon biaisé de la population canadienne. Mes étudiants étaient tous des fonctionnaires performants. Ils avaient de grandes maisons, deux enfants charmants et vivaient une vie confortable. Beaucoup étaient progressistes mais conservateurs en même temps, intéressés à améliorer le monde tant qu'ils ne perdaient pas le confort que leur apportait leur statut social.


J'ai découvert de nombreux aspects de ce que représentent les Canadiens à cette époque. Combien ils se soucient de la nature et des efforts de conservation. Le fossé entre francophones et anglophones, évidemment, mais aussi entre les Canadiens de l’ouest et de l’est. À quel point ils sont polis et tolérants, mais aussi à quel point vous n'êtes jamais sûr de leur honnêteté. Combien ils apprécient le travail acharné et le mérite, peu importe d'où vous venez, qui vous aimez ou comment vous vous habillez. Dans quelle mesure la culture canadienne est définie par opposition aux pires aspects de la culture américaine, comment ils en sont venus à se considérer comme des gens sans prétention et bons, juste bons.


Cependant, beaucoup de mes collègues étaient des immigrants, en particulier parmi la jeune génération. J'étais toujours entourée d'européanité et de familiarité. J'ai dû attendre de déménager à Toronto pour vraiment commencer à socialiser avec les Canadiens de mon âge. J'ai rapidement réalisé que j'étais déconnectée de leur culture. Je comprenais rarement les références culturelles. Heureusement pour moi, mes collègues sont adorables, et ils ne manquent jamais une chance de m'expliquer ce qui vaut la peine de savoir dans ce pays. Je considère ce groupe de jeunes professionnels comme une bonne représentation de ce à quoi ressemble ma génération ici.


Les jeunes professionnels sont motivés et ambitieux. Ils se soucient profondément de nombreuses questions importantes et aiment en parler. Ils prêtent attention aux nouvelles et se forgent une opinion sur des sujets variés. Ils vivent avec les tendances et la culture pop. Ils peuvent être audacieux et sont confiants qu'ils ont de l’importance.


Des lieux de travail culturellement diversifiés sont devenus l'idéal et sont activement recherchés. Des politiques sont en place pour encourager la participation des femmes et des minorités dans le marché du travail. Personne (enfin, sauf le Québec, mais ils ont tendance à penser que l'Europe est un modèle à imiter) n'oserait dire aux autres comment s'habiller, en quoi croire ou qui aimer tant que cela n'entrave pas les libertés des autres.


Le Canada n'est pas un pays parfait. Ils doivent encore faire face à de nombreux défis et questions, y compris les droits des autochtones et un Premier ministre qui pensait que le blackface était cool à l'époque. Cependant, ça fait du bien d'être ici. Il y a peu de jugement. Il existe des opportunités même pour les plus excentriques d'entre nous.


Je suis douloureusement consciente que la Belgique et l’Europe en général sont très différentes. Mon expérience des lieux de travail en Europe était risible en comparaison. Je ne veux pas dire que le travail était moins difficile ou que je n’appréciais pas mes collègues. Cependant, la culture de travail est rigide, conservatrice et quelque peu dépassée. L'élite politique européenne est si blanche qu'on pourrait penser qu'il n'y a pas un seul PdC vivant sur le vieux continent. La diversité culturelle est rarement considérée comme rentable, mais plutôt comme une exigence pour apparaître inclusif. Il faut du temps pour que les choses changent. La tradition est très appréciée. C'est parfois ce qui fait la différence. D'autres fois, il semble que l'Europe soit juste à la traîne.


Ce contraste entre les cultures de travail canadienne et belge est le reflet de ce que j'ai vu dans d'autres parties des deux sociétés. Les Canadiens prennent des risques. Les Européens font confiance à la tradition. Le gros problème de la tradition, c'est qu'elle ne fait pas assez de place au progrès. Ça ne récompense pas les risques ou l'innovation, du moins pas tout de suite.


Dans ce contexte, il ne semble pas surprenant que des personnes qui ne s’intègrent pas veuillent partir. Des gens qui ont de l'ambition, qui cherchent le changement, qui vivent pour le risque. L'Europe est un endroit incroyable pour ceux qui appartiennent à la majorité. Les personnes en marge de la société seront attirées par autre chose.


Je dirais que les gens de couleur sont toujours en marge de la société. Il est difficile de s’intégrer, de trouver sa place. Parfois, il y a des lois qui vous empêchent d'être qui vous êtes. Parfois, même les politiciens penseront qu’il est normal de vous humilier à cause de vos différences. Oui, je vous regarde, Julien Odoul, député français d'extrême droite qui a pris à partie une mère portant un hijab devant la classe de son enfant.


Un autre exemple récent ? La décision du prince Harry et de Meghan Markle de se retirer de leurs rôles royaux pour passer plus de temps au Canada. Bien sûr, Meghan Markle veut partir. Elle n'a jamais fait partie de la famille royale de la même façon que les autres. Même si elle n'était pas métisse, elle se démarquerait toujours comme l'Américaine.


Aucun de nous ne peut y échapper. Comme l’a déclaré le NY Times, « son traitement a prouvé ce que beaucoup d’entre nous ont toujours su : peu importe à quel point vous êtes belle, quels palais vous habitez, les œuvres caritatives que vous soutenez, à quel point vous êtes croyants, combien d'argent vous accumulez ou quelles bonnes actions vous accomplissez, dans cette société le racisme vous suivra toujours ». Le fait que le NY Times n'adresse pas, c'est qu'il peut arriver à tout le monde qui est trop différent de l'idée qu’on a de l’Europe.


L’Europe est la partie perdante de cette attitude, et c’est regrettable. L'Europe perd des gens brillants parce qu'elle ne trouve pas le courage de redéfinir son identité comme autre chose que le christianisme blanc. C’est la différence avec des endroits comme le Canada. Les Canadiens ont pu développer une identité où la diversité est perçue comme une force. Où être différent peut être un avantage et non quelque chose à cacher. Un exemple à suivre, du moins d’après moi.

©2018 by The Curious Métisse. Proudly created with Wix.com